CAN 2002 : Cameroun-Côte d’Ivoire : 1-0 : comme dans la vie

Dans l’heure du jeu plus vingt minutes, Alioum Boukar, en magicien, justifie en un arrêt miracle, sa titularisation. Les ivoiriens, il faut le souligner, manquent de lucidité, comme lors de cet excellent travail sur l’aile droite de la part du « rouquin » Ivoirien, suivi d’un centre en retrait que reprend maladroitement un attaquant dans le décors.

Pendant de longs moments la Côte d’ivoire semble dominer, multiplie les passes, changements de vitesse, dédoublements, dribbles ...etc. Les Camerounais semblent perdus. Après la sortie de Olembe (on se demande bien pourquoi cela à tant tardé), totalement absent, Ngom Kome, à Défaut de briller, à su répondre à l’appel à quelques occasions, procurant même, l’un des deux ou trois dribbles effectués par les lions.

Seulement voilà : quand on des occasions, il faut les marquer ! En fin de match (84e)sur un autre corner de Gerémi, Mboma, jusqu’à lors inexistant surgit et pique une tête canon dans les filets : BUT !!! La libération ! à ce moment, on se rend alors compte que les ivoiriens jouaient leur 1000% ; ils se surpassaient tant défensivement qu’offensivement. Parce qu’après le but, ce fut la débandade chez les éléphants : en trois minutes, Eto’o obtient 2 occasions en or, l’une sauvée in extremis par une belle parade de Konate et l’autre flirtant avec le coin supérieur gauche des buts ivoiriens.

Dans l’ensemble, on peut parler presque de vol. Le Cameroun a volé ... un point à la Côte d’ivoire, car ces derniers auraient mérité au moins un match nul. Les lions ont un peu déçu les fans. Si ce fut par moment mieux que lors du premier match, la Côte d’ivoire, qui n’est pas une foudre de guerre, a su mettre en évidence des lacunes dans la défense et le milieu de terrain camerounais. L’attaque fut quasi inexistante. D’où la question qui de plus en plus : à quand la titularisation de Pius Ndieffi ?

Que dire de Mboma : on n’a même pas eu la chance de le huer car on ne l’a plus vu à part quelques gestes, pour la plupart aussi inutiles que ratés en première demie. Ah la vie : le lion dormait comme tout bon lion qui se respecte, pendant que les lionnes chassaient. Et lorsque ça devenait dangereux, le lion est sorti de sa tanière pour régler la palabre. Mboma, Mboma, Mboma : c’est le genre de passager que l’on veut sur le terrain, car on ne sait jamais quand il aura un éclair de génie ... les notes dans le désordre :

Alioum : 8/10 pour son arrêt crucial pour cette assurance qui n’est pas sans rappeler un certain grand

Kalla : 2 Match très moyen de Kalla qui a très souvent dû être aidé pour s’en sortir

Wome : 6,5 Fort match dans l’ensemble. Il est sûrement le joueur dont le nom a été le plus souvent cité : touche, coups de pied arrêtés. Wome à joué un fort match sans plus.

Song : 6 Excellent match défensif d’autant plus qu’il avait affaire à un attaquant beaucoup plus rapide. Pas d’erreur, pas de carton, pas de vice. Du Magnan serein et plein de leadership.

Etame : 5 a perdu beaucoup de ballon. Était méconnaissable. Peut nettement faire mieux.

Geremi : 6 a disputé un fort match. La première mi-temps dans son cas a été plus ou moins bonne, notamment avec des centres pas toujours très précis. Cependant, il a le mérite d’avoir élevé son jeu en deuxième mi-temps et a été avec Wome une des figures de proue de cette équipe très moyenne dans l’ensemble.

Olembe : 3 Au moins, ses passes arrivaient parfois ...

Eto’o : 2 à quand la chance donnée à Pius ?

Mboma : 6 presque invisible pendant tout le match et il marque le but de la victoire !

Ngom Kome : 4,5 Il a su tirer son épingle du jeu dans le peu de temps qui lui a été donné. Peut sûrement mieux faire.

Foe : 6,5 a été excellent défensivement et a connu un bien meilleur match offensivement comparativement au premier match.

Tchato : 5 a livré la marchandise sans plus. À très bien su s’ajuster au style de Bakayoko.

Commentaire à chaud. Cesco, www.camfoot.com mailing list.